Voir dans la nuit

Le 4 juin 1944, à Londres, j'étais aux anges. Après dix mois d'entraînement sur bimoteur, j'allais enfin appartenir à une unité opérationnelle, le groupe de bombardement Lorraine, stationné à Hartford Bridge et commandé par le lieutenant-colonel Gorri (vrai nom : Fourquet).

À l'état-major des FAFL, je retrouvai deux membres de mon futur équipage et trois autres équipages destinés aussi au Lorraine. Au chef de ce petit détachement, le capitaine Soufflet, je manifestai ma joie d'en avoir fini avec les écoles de la RAF et d'aller me battre, comme pilote d'un Boston.

"Patience, lieutenant Citroën, me dit Soufflet en riant, le débarquement n'a pas encore eu lieu, vous aurez le temps de vous battre. Il vous faut encore apprendre quelque chose : à voir dans la nuit. Vous n'échapperez pas au Night Vision Course de Bicester. Nous y resterons trois jours, du 5 au 8 juin. On vous montrera comment on distingue un objet dans le noir en ne le regardant pas en face. Nous partirons par le train demain après-midi."

Les quatre équipages français arrivèrent à Bicester le 5 juin vers minuit. Le temps était franchement froid pour l'époque ; mais, comme nulle voiture ne nous attendait à la gare, nous nous sommes engagés à pied dans la campagne et nous avons marché jusqu'à la base aérienne. La nuit était assez claire, mais des nuages bas se poursuivaient en désordre au-dessus de nous. Un grondement de moteurs commençait à se faire entendre. Ce n'était pas celui des gros quadrimoteurs que nous connaissions bien. En scrutant le ciel, nous distinguâmes entre les nuages une foule d'avions moyens ou petits qui se dirigeaient lentement vers le sud. Chose étrange, ils semblaient voler par groupes de deux, mais le plus petit de chaque paire se tenait à une distance invariable derrière le plus grand. Alors nous avons compris qu'il s'agissait d'avions remorquant des planeurs ou transportant des parachutistes ; que le 6 juin serait le D Day, que l'heure du débarquement allait enfin sonner.

Elle avait déjà sonné quand au mess des officiers, à sept heures du matin, nous écoutâmes les premiers communiqués des forces alliées : on se battait en Normandie, sur les plages, à l'intérieur des terres, dans les airs, opération militaire sans égale dans l'histoire.

Les cours de "vision de nuit" durèrent - si j'ose dire ! - trois jours. Nous passions les heures libres à écouter la radio. Les 6 et 7 juin, sur les plages de Normandie la bataille fit rage, mais le 8 juin la tête de pont semblait établie. Le Lorraine avait participé aux opérations du 6 juin (émission de fumée), perdant un avion.

Sur tous les fronts (Italie, Russie, etc.), la situation était bonne.

Je n'imaginais pas que dix semaines s'écouleraient avant que Paris soit libéré, et onze mois avant que l'Allemagne capitule. C'est ainsi que j'eus le temps d'effectuer 75 missions de guerre, la plupart sur Boston, les dernières sur B25.

Bernard Citroën
Président d'honneur des Forces aériennes françaises libres
Membre des Amitiés de la Résistance


Retour en haut de page