Bref Historique des Réseaux
F.C.C. "Action Buckmaster"

Introduction

Le 18 juin 1940, l'appel du général de Gaulle avait symboliquement réalisé le regroupement de toutes les bonnes volontés.

Mais il fallait créer, de toutes pièces, l'instrument et les méthodes qui présideraient à l'organisation de la Résistance, dans les pays occupés par l'ennemi.

Telle fut la tâche, confiée par le haut commandement britannique au S.O.E. (Special Operation Executive) sur le plan européen. La section française du S.O.E., dirigée par le colonel Buckmaster, envoya en France, de 1940 au débarquement, 95 missions qui furent l'origine des réseaux "Action Buck" et qui se spécialisèrent dans les sabotages, attaques, etc.

L'État-major des Forces Françaises Libres organisa, lui aussi, au début de 1940, parallèlement au réseaux "Action Buck" et dans le même but, le B.C.R.A.M. qui fut à l'origine d'un nombre important de réseaux de renseignement et d'action.

"Action Buck" et B.C.R.A.M. travaillèrent toujours en étroite et fraternelle collaboration, tout en maintenant le cloisonnement indispensable, pour des raisons de sécurité, entre leurs différents réseaux. Les deux organismes bénéficièrent des mêmes et faibles moyens matériels, mis à leur disposition par le S.O.E. qui ne disposait lui-même, en décembre 1940, et pour toute l'Europe, que de trois avions bimoteurs de faible capacité et de trois vedettes rapides.

Quelques dates et faits importants
concernant les réseaux "Action Buck"

1941

Mai - Le 6 mai 1941, le commandant Bégué de l' "Action Buck" a l'honneur d'être le premier officier parachuté en France (Dordogne). Il réussit à établir, 48 heures après son arrivée, la liaison par radio avec Londres. Quelques jours plus tard, le commandant Pierre de Vomecourt est parachuté près de Châteauroux.

Juillet - "Action Buck" réussit le premier parachutage de matériel en France.

Septembre - Pour la première fois depuis 1940 un avion allié se pose sur le sol français (opération de Lysander).

Observation générale - Au cours de l'année 1941, environ 25 officiers dont 4 radios furent parachutés en France par "Action Buck".

1942

Septembre - Les réseaux Buck qui étaient jusqu'alors sous le contrôle du ministre britannique de la Guerre économique, passent aux ordres du C.O.S.S.A.C. (État-major Interallié) et ceci a pour conséquences principales :
1) Le début du recrutement des patriotes en prévision des guérillas qui précéderont ou suivront le débarquement allié. Parallèlement commence le parachutage de quantités importantes d'armes et de matériel.
2) La préparation minutieuse de l'attaque ou du sabotage systématique des voies de communication ennemies pour le jour J (débarquement).
3) L'établissement de plans d'ensemble de sabotages généralement exécutés dans les différentes régions par de petites équipes de "terroristes" spécialistes du "coup de main".

Observation générale
1) Au cours de l'année 1942 et à partir du mois de mai, les réseaux Buck réussissent une moyenne de 10 parachutages par mois.
2) Au cours de l'année 1942, 53 officiers furent parachutés en France, ce chiffre comprenant les officiers radios.

1943

Janvier - 14 réseaux Buck sont effectivement en contact avec Londres et ont chacun leurs propres moyens de liaison radiotéléphonique.

Août - 106.000 kg de matériel et d'armes sont parachutés par "Action Buck".

Septembre - L'entrevue Churchill - de Gaulle a des répercussions heureuses, notamment sur les moyens affectés au S.O.E., qui a dès lors à sa disposition 120 avions au lieu d'une trentaine dont il disposait précédemment.

Observation générale - Au cours de l'année 1943 les réseaux Buck ont réussi 375 opérations de parachutage en France.

1944

Février - Environ 120 opérations de parachutages sont réussies par "Action Buck".

Avril - Environ 200 opérations de parachutages sont réussies par "Action Buck".

Mai - Environ 250 opérations de parachutages sont réussies par "Action Buck".

Juin - 45 réseaux "Action Buck" sont effectivement en contact avec Londres chacun par leurs propres moyens de liaison radiotéléphonique.

26 juin - Première opération de parachutage effectuée en plein jour. Près de 2.200 containers sont parachutés par 180 forteresses volantes de la 8e Air Force en quatre endroits différents (Régions de Limoges, Montbéliard, Massif Central, Jura).

Observation générale - Le tonnage d'armes et de matériel parachuté par "Action Buck" en 1944 s'éleva à environ 4.500.000 kg.

Quelques chiffres globaux

1) Le nombre d'officiers parachutés en France durant les années d'occupation en vue d'organiser les différents réseaux "Action Buck" s'élève à 366. Quatre-vingts de ces officiers sont morts en déportation, 15 tombèrent en combattant.

2) "Action Buck" a, à son actif, plus de 50 % du nombre total de parachutages réussis en France durant les 4 années d'occupation et plus de 50 % du tonnage parachuté, à savoir :

Observation importante - Une partie importante du matériel et de l'armement parachutés par "Action Buck" a naturellement été distribuée par les chefs des réseaux Buck à leurs camarades responsables des différentes organisations de Résistance.

Note sur la Fédération Nationale
Libre Résistance "Amicale Buck"

La Fédération nationale Libre Résistance se propose, comme l'indique ses statuts, le soutien moral et matériel des membres des anciens réseaux "Action Buck" en dehors de toutes obédiences politiques ou religieuses.

La Fédération est née avec un retard, dû au fait que la plupart des chefs des réseaux ont, après la Libération, souscrit avec leurs troupes un engagement pour la durée de la guerre. Ce n'est donc qu'à partir d'avril 1945 qu'ont pu avoir lieu les premières réunions dont devait sortir la Fédération.

La F.N.L.R. est une des trois grandes organisations relevant de la France Combattante. Elle est d'ailleurs représentée à la Commission nationale d'homologation, F.F.C., où un siège de vice-présidence lui a été dévolu.

La liste des 95 réseaux "Action Buck" s'établit comme suit :

Abelard - Diplomat.
Adolphe - Raketeer.
Alain -Messenger.
Albin - Headmaster.
Alexandre - Privet.
Alfred - Auditor.
Allyre - Carter.
Alphonse - Pimento.
André - Glover.
Ange - Newsagent.
Antoine - Ventriloquist.
Aristide - Actor.
Armand - Spiritualist.
Arsène - Satirist.
Astre - Surveyor.
Athos-Renaud - Bricklayer.
Barthélémy - Fireman.
Baudoin - Labourer.
Belliard Phono-Cinéma.
Bernard Monk.
Bertrand - Archdeacon.
Bob - Acrobat.
Calvert - Acolyte.
Célestin - Japonica.
César - Stockbroker.
Charlot - Inventor.
Claude - Farrier.
Colin - Liontamer.
Cosmo - Lackey.
Denis - Scientist.
Diane - Heckler.
Ernest - Publican.
Étienne Leblanc - Historian.
Eugène - Prunus.
Faust - Furrier.
Firmin - Gardener.
François - Tobacconist.
Frédéric - Steady.
Gaston-Ducas - Autogyro.
Gérald - Tinker.
Guérin - Minister.
Hamlet-Faust - Salesman.
Hector - Stationer.
Henri - Menzies.
Hercule Lichterman.
Hilaire Weelwright.
Hippolyte - Silversmith.
Homère - Orator.
Hubert - Freelance.
Hubert (bis) - Hilbilly.
Jean - Author.
Jean-Marie - Doukeyman.
Jérôme - Permit.
Jules - Priest.
Julien - Rover.
Justin - Woodentter.
Léon - Licensce.
Lionel - Clergyman.
Lise - Artist.
Louis - Gondolier.
Lucien - Scholar.
Ludovic - Beggar.
Marie - Wrestler.
Mathieu - Detective.
Max - Butler.
Maxime - Footman.
Mesnard - Director.
Michel - Aubretia.
Millet - Wizard.
Mistral - Mistral.
Mitchell (Mission) - Mitchell
Nestor - Digger.
Nick - Pedlar.
Nicolas - Spruce.
Norbert - Bargee.
Olive - Bay.
Oscar - Parson.
Pascal - Sacristan.
Philippe - Pedagogue.
Porthos - Mason.
Prosper - Physician.
Raoul - Spindle.
Robert - Hermit.
Robin - Juggler.
Rodrigue - Delegate.
Roger - Jockey.
Samuel - Shipwright.
Scullion - Scullion.
Sylvestre - Farmer.
Tell - Musician.
Théodule - Treasurer.
Thomas - Tout.
Tiburce - Ditcher.
Tilleul - Tilleul (Mission).
Xavier Marksman


Retour en haut de page