Le Général Charles DelestraintLe Général Delestraint (1879 - 1945), Chef de l'Armée Secrète et Compagnon de la Libération

Charles Delestraint est né à Biache-Saint-Vaast (Pas-de-Calais), le 12 mars 1879. Il est issu d'une famille modeste du Nord, qui a souffert de l'invasion allemande de 1870. Le jeune Charles est élevé dans le respect de la patrie et de l'armée. Il veut devenir soldat. Travailleur et intelligent, il accède à Saint-Cyr en 1887. Mais à la suite d'une blessure, il perd une année et n'en sort qu'en octobre 1900. Il sert alors dans les chasseurs à pied.

Capitaine en 1913, il est admis à l'École de guerre quelques mois avant la déclaration de la guerre de 1914. Le 25 août, à la tête de sa compagnie, il réussit une action d'éclat, une surprise, qui interdit momentanément à une division saxonne la traversée de la Meuse. Cependant, le 30 août, le capitaine Delestraint tombe avec sa compagnie dans une embuscade. Il est fait prisonnier et y reste jusqu'à fin 1918. Ce sera sa première captivité en Allemagne.

Ayant repris et terminé l'École de guerre en 1919-20, le commandant Delestraint opte en 1923 pour les chars de combat. Il croit en son avenir, voit dans le char de combat l'arme dissuasive souhaitée. Après quelques années de travail intense, après une période de commandement d'un bataillon en occupation en Allemagne, il commande en second l'École de chars de 27 à 32. Le lieutenant-colonel Delestraint est déjà convaincu de l'opportunité de la création de grandes formations blindées. Très apprécié par ses supérieurs, dont le colonel Frère, ce n'est qu'en avril 1932 qu'il reçoit le commandement du 505e R.C.C.[1] de Vannes, et est bientôt promu colonel. Colonel du 505e, il le restera quatre enrichissantes années, pour lui, et particulièrement pour ses subordonnés qui ne les oublieront jamais [2].

Cette époque contraste avec la suivante, lorsque les nuages s'amoncellent à l'Est : au printemps 1936 il est nommé à la tête de la 3e brigade de chars[3] à Metz, et reçoit quelques mois plus tard ses deux étoiles. Il a sous ses ordres, dès 1937, le colonel de Gaulle, commandant le 507e R.C.C. La conjonction de leurs théories sur l'emploi du char de combat en grandes formations, et non pas en appui de l'infanterie comme le recommandait le Conseil supérieur de la guerre, sera le ciment initial qui les réunira quelques années plus tard pour une tout autre cause. Depuis Vannes, jusqu'au mois d'avril 1940, Delestraint tentera en vain de convaincre le Haut commandement d'un emploi plus rationnel de l'arme blindée. Delestraint, homme de terrain, sait bien ses possibilités, et comprend parfaitement le théoricien, de Gaulle. Ils ne seront pas entendus, ou trop tard... Delestraint atteint la limite d'âge en mars 1939.

Rappelé en août 39, il déploie son énergie à essayer de pousser la production des B1 bis, qui atteint vingt chars par mois. Ce n'est que le 16 janvier 1940 que sont créées les deux premières divisions cuirassées. En mai, lors de l'offensive allemande, Delestraint, adjoint au général Keller, à la tête de la 2e division, puis du groupement des 2e et 4e divisions cuirassées, en assurera bientôt le commandement qu'il gardera jusqu'à la fin. Avec de Gaulle, bientôt promu général, commandant la 4e D.C.R., ils connaîtront des succès, malheureusement incomplets, comme à Abbeville, du fait de l'incompréhension du Haut commandement, trop frileux pour accepter l'engagement simultané des deux divisions. Ils sauront gérer une retraite entrecoupée de contre-attaques, de concert jusqu'au 6 juin, date où de Gaulle est appelé à participer au gouvernement. Alors, Delestraint lutte pied à pied, sur la Somme, autour de Paris, sur la Loire, malgré l'écrasante supériorité des Allemands, il lutte parfois avec succès, toujours avec courage contre un ennemi qui a intégré les théories de l'armée blindée, prônées initialement par de Gaulle. L'armistice survient. La retraite se termine, lorsque les restes du groupement des 2e et 4e D.C.R. se retrouvent au camp de Caylus (Tarn-et-Garonne).

C'est là que, ayant reçu sa troisième étoile, le général Delestraint est mis pour la seconde fois au cadre de réserve. Il fait alors ses adieux à ses chers compagnons de combat en des termes demeurés célèbres, en leur demandant "de se comporter en Français, et non avec une mentalité de chiens battus ou d'esclaves. Si nous savons vouloir, poursuit-il, la France ressuscitera un jour, elle aussi, du calvaire présent."

Le général de division Charles Delestraint se fixe avec sa famille à Bourg-en-Bresse où il demeure, 41, boulevard Voltaire. Sans appartenir à aucun mouvement, son action est immédiate et consiste à ce que l'on pourrait désigner comme de la propagande : il parle autour de lui du général de Gaulle. Personne n'a vu ni connu le chef de la France libre. Lui, puisqu'il est son ancien supérieur et son ami, veut le faire connaître, faire savoir sa valeur. Il veut aussi parler de la reprise de la lutte. Dans ce but, il rameute les anciens des chars, les réunit en des journées de discussion, au cours de repas, en de nombreuses villes de la zone sud, Lyon, Lons-le-Saunier, Bourg-en-Bresse, même Vichy, où toutes portes fermées, il leur parle de de Gaulle, de la résistance à l'ennemi. Il faut avoir entendu un de ses fameux discours en 1941 pour comprendre le Delestraint résistant. Devant les militaires comme devant les Burgiens, il n'est pas tendre pour le gouvernement de Vichy, pour la politique de collaboration.

Certes, il manque de prudence. Son défaut chronique en une telle période. Une lettre anonyme le dénonce à Vichy. Le 27 février 1942, il est sévèrement rappelé à l'ordre par le cabinet militaire du maréchal Pétain. Il n'en tient compte qu'en modérant ses propos, mais continue à inciter les "Anciens chars" à espérer, à se préparer. Les réunions se poursuivent jusqu'au 20 septembre 1942 (à Condrieu Rhône).

Lorsque Jean Moulin reçoit du général de Gaulle la mission de parvenir à l'union des Mouvements de Résistance et à la fusion des groupes paramilitaires en une "Armée secrète", il cherche un chef pour organiser et commander celle-ci. Grâce au capitaine Gastaldo[4], gaulliste, officier du 2e bureau en poste à Bourg-en-Bresse, Jean Moulin (Max) apprend que l'ancien supérieur du chef de la France Libre, résistant de la première heure, habite Bourg. Max rencontre le général Delestraint le 28 août 1942, place des Terreaux à Lyon. Débute alors une profonde estime qui unira ces deux hommes. Delestraint reçoit ce même jour son pseudonyme, Vidal, du délégué en France du général de Gaulle. Celui-ci confirme cette nomination, par une lettre autographe, écrite à Londres, le 22 octobre et qui sera remise à Delestraint à Bourg le 18 novembre 42. Elle y sera conservée pendant la guerre[5]. Le nouveau chef de l'A.S. propose des cadres à l'A.S. ou à la France libre, officiers, anciens des chars dont il est sûr. Le général Vidal, chef de l'Armée secrète, résidera à Lyon, la plupart du temps. Il habitera 4, avenue Leclerc, dans le même appartement que son agent de liaison, et bientôt secrétaire personnel, François-Yves Guillin, alors étudiant en médecine.

Tout au long des neuf mois de son commandement, d'abord en zone Sud (bientôt occupée), puis, tantôt à Paris, tantôt à Lyon, Delestraint/Vidal suit, à l'instar de Jean Moulin/Max, "une route minée par les pièges des adversaires et encombrée des obstacles élevés par les amis"[6]. De nouvelles données apparaissent avec les réfractaires, au Service du travail obligatoire en Allemagne (STO). Delestraint se penche sur la question de la création du maquis (Ain, Vercors).

Avec Max, le général Vidal se rend à Londres, à bord d'un "Lysander", en partant de Villevieux (Jura) dans la nuit du 13 au 14 février 1943. Le général de Gaulle confirme leur mission et l'étend aux deux zones, avec des pouvoirs élargis. Les décrets d'application du 16 février confirmant le STO entraînent l'afflux des réfractaires, l'extension ou la création de nombreux maquis, leur aménagement, leur armement. Max et Vidal veulent donc revenir rapidement en France. Le Lysander, qui les ramène tous deux accompagnés de Christian Pineau, atterrit à Melay (Saône-et-Loire) dans la nuit du 19 au 20 mars 1943.

Comme pour Max, des difficultés attendent Vidal en zone Sud, induites par quelques incompréhensions ou jalousies. Les rapports avec un chef d'un mouvement de cette zone s'enveniment. Et puis, lors de leur absence, des arrestations par la police française se sont produites, des documents, imprudemment stockés par certains, ont été saisis et remis au S.D. allemand. L'État-Major de l'Armée secrète doit être reconstitué. Le commandant Gastaldo devient le chef d'État-major, en plus de ses fonctions au 2e Bureau. Il sera pour le général un ami compétent et sûr. En zone nord, les responsables militaires réservent au général Vidal un accueil empreint de confiance et de fidélité. L'Armée secrète de la France combattante prend corps sur tout le territoire. Les rapports avec l'Organisation de Résistance de l'Armée (O.R.A.), commandée par le général Frère et subordonnée au général Giraud, connaissent, après une phase difficile en janvier, une période de recherche d'entente. Si l'Armée secrète manque de cadres militaires et compte, en dehors même des maquis, de très nombreuses "sizaines", de fortes troupes composées surtout de militants des mouvements, l'O.R.A., de son côté, est alors riche en officiers et sous-officiers mais possède encore bien peu de formation de base. Les contacts ont lieu à partir d'avril et surtout en mai entre les généraux de l'O.R.A. et le général Vidal. Les rencontres se font à Bourg-en-Bresse et à Lyon.

Cependant Vidal se préoccupe aussi amplement de la zone nord qu'il tient à mieux connaître. La délégation est destinée à se fixer à Paris, et l'état-major de l'Armée secrète va suivre. Les réunions avec les responsables des régions militaires de l'ancienne zone "occupée" se développent. On se prépare déjà au jour J. bien que l'on sache maintenant à l'État-major que le débarquement ne se réalisera pas avant le printemps 44.

Vidal veut faire connaître à ces chefs le responsable de Résistance-fer de l'état-major de l'Armée secrète (3e bureau) : René Hardy/Didot. Spécialiste des chemins de fer, celui-ci a prévu un plan de sabotage des voies ferrées. Il convient de mettre sur pied, dans cette zone nord, un projet à appliquer au jour J, tenant compte des diverses propositions[7]. Le général charge son chef de cabinet, Aubry, d'organiser un rendez-vous à Paris avec Didot, au métro La Muette, le 9 juin à 9 heures. Informés (par la négligence coupable de celui qui en avait la charge), l'Abwehr, aidé du S.D.[8], arrête Vidal à ce rendez-vous, au métro La Muette. Le commandant Gastaldo et Théobald sont arrêtés un peu plus tard.

Interrogé avenue Foch, en vain, incarcéré à Fresnes, ensuite à Neuilly, puis ramené à Fresnes, le général retrouve ses compagnons de l'état-major, tombés, eux, dans le piège de Caluire. Il les revoit à l'occasion de transferts d'interrogatoires : Gastaldo, André Lassagne, les colonels Lacaze et Schwarzfeld, Théobald, etc. Il a même été confronté, à la villa Bœmelburg de Neuilly-sur-Seine, à son ami Jean Moulin/Max, mourant, ramené de Lyon après avoir été battu par Barbie. Lorsque l'officier du S.D. lui demande s'il s'agit bien de Max, il répond plein de mépris pour ses bourreaux : "Comment voulez-vous que je reconnaisse cet homme dans l'état où il se trouve ?"

Avec ses compagnons il passe devant le tribunal militaire allemand du Grand Paris. À l'issue des "audiences", le docteur Dugoujon et le colonel Lacaze, blanchis par tout le groupe, bénéficient d'un non-lieu alors qu'Aubry, jouissant d'un régime spécial depuis le début de sa détention à Paris, est libéré. Delestraint, Gastaldo, Lassagne, Schwarzfeid et mesdames Raisin et Olivier, sont inculpés et devenus des NN (Nacht und Nebell)[9], destinés à être traduits devant le tribunal du peuple de Breslau, le Volksgerichtshof, ce qui équivaut à une peine de mort certaine. En attendant cette comparution, le général et ses compagnons sont envoyés en camp de concentration : Delestraint, Gastaldo et Lassagne arrivent au camp de Natzweiler (Struthof) en Alsace, le 12 mars 1944. Reconnu par tous comme le chef des Français du camp, le général sait redonner de l'espoir à certains qui sont confrontés à la désespérance. Les chefs de l'O.R.A.[10], arrêtés dans le même temps mais selon un processus tout différent, arrivent au Struthof le 5 mai 1944 et le général Frère sera emporté par une dysenterie épidémique le 14 juin.

Étant donné le danger imminent de la comparution devant le tribunal du peuple de Breslau, le Volksgerichstshof, nos trois amis de l'Armés secrète pensent qu'il convient d'essayer autant que possible de se disperser. Grâce à la complicité d'un infirmier, ils parviennent à faire hospitaliser le général au Revier, alors que bientôt Gastaldo et Lassagne sont changés de camp.

Mais, devant l'avance alliée, les Allemands ont décidé de faire évacuer le camp du Struthof et de diriger les détenus vers Dachau, en Bavière. Le transfert se fait du 1er au 6 septembre 1944. Delestraint partira le 4 pour arriver à Dachau le 6. Il y retrouve Edmond Michelet, qui laisse au général les fonctions de chef, de porte-parole des Français de Dachau. Et cela est important, puisqu'il existe un Comité international de Dachau qui prépare la Résistance du camp dans l'éventualité probable de l'anéantissement de tous les détenus.

Le général se fait des amis; on trouve parmi eux des médecins du Revier (Suire, Bohn et d'autres), des ecclésiatiques (Mgr Piguet, évêque de Clermont-Ferrand, le R.P. Riquet, etc.), de simples détenus (le jeune officier britannique Robert Sheppard du S.O.E., Mario Blardone, et bien d'autres).

En novembre, les Allemands savent encore dans quels camps sont détenus les membres de l'état-major de l'Armée secrète, en vue du procès de Breslau. Inquiets, les déportés, les communistes particulièrement, cherchent, à Dachau comme au Struthof, à protéger Delestraint. En mars, il apparaît que les Allemands l'ont oublié, jusqu'à ce funeste appel, où, à une question mal interprétée, il révèle fièrement son nom et sa qualité au colonel SS commandant Dachau. Celui-ci en réfère à Kaltenbrunner[11]. Arrive bientôt de Berlin l'ordre d'éliminer le général Delestraint.

À Dachau, dix jours avant la libération du camp, le 19 avril 1945, les SS avertissent Charles Delestraint qu'il est libéré et l'emmènent à l'extérieur du camp. Mais il s'aperçoit qu'on le dirige vers le crématoire. Il comprend alors. Il est assassiné sauvagement, par plusieurs SS. Son corps est immédiatement incinéré.

En août 1942, il avait écrit ces phrases, retrouvées écrites sur un bout de papier :

1. "Me désapproprier de moi-même. Vivre intensément pour Dieu, à qui je confie ma famille, tous ceux qui me sont le plus chers, pour ma Patrie, pour mes frères.
2. Vivre libre et joyeux, patient, en dépit de la botte allemande et de l'étouffement français.
3. Être exact".

François-Yves GUILLIN
Ancien secrétaire personnel du général de l'Armée secrète


Notes :
1 R. C. C. = Régiment de chars de combat
2 Souvenirs du général Malaguti
3 3e Brigade : 507e R.C.C à Montigny-lès-Metz, 511e à Verdun, 512e à Chalons-sur-Marne
4 Joseph Gastaldo, officier breveté, avait vu son avancement cassé du fait de ses opinions. Il sera toujours fidèle au général Delestraint et deviendra le chef de son état-major nommé chef d'escadron en mars 43 par le général de Gaulle.
5 Mise dans une bouteille, bouchée, cachetée, enterrée dans un jardin de Bourg-en-Bresse pendant la durée de la guerre, cette lettre autographe sera remise à Madame Delestraint en 1945.
6 Dans ses Mémoires de guerre, le général de Gaulle emploie cette phrase en parlant de Jean Moulin.
7 Le général Vidal avait déjà pris connaissance à Londres, d'un autre plan de sabotage des voies ferrées, intitulé "le plan vert", projet dressé par un officier du B. C.R.A., le lieutenant-colonel Duclot/Saint-Jacques.
8 Abwehr : le contre-epionnage de la Wehrmacht (armée allemande). S.D. : Sicherheit Dienst (Service de sécurité, improprement appelé Gestapo).
9 N.N. : Nacht und Nebel. Un ignoré, destiné à s'enfoncer jusqu'à la mort dans "la nuit et le brouillard".
10 Il s'agit du général Frère, accompagné du lieutenant-colonel Bonotaux et des généraux Grandsard, Olleris, Gilliot.
11 À la tête du R.S.H.A. (ReichsSiecherheitsAmt), l'Office central de sécurité du Reich, qui contrôlait tous les services de police du Reich, Kaltenbrunner a succédé à Reinhard Heydrich, exécuté par un commando tchèque à Prague, le 27 mai 1942.

Publié avec l'aimable accord du général René EYMIN et de l'auteur, le docteur François-Yves GUILLIN.


Retour en haut de page