Les Militaires Français évadés
pendant l'Occupation à travers les Pyrénées

LEUR RÔLE DANS LA LIBÉRATION
ET DANS LA VICTOIRE SUR L'ALLEMAGNE

Deux livres parus en 1998 sont consacré à ce fait injustement oublié. Or, il faut savoir que sur environ 120.000 tentatives d'évasion, 36.000 ont réussi. Les échecs se sont soldés par des mois de prison et parfois la déportation sans retour à Auschwitz, sans parler des accidents de montagne.

Après l'arrestation par les guardia civil, le séjour en Espagne généralement sous un nom d'emprunt pour protéger les familles débutait par un passage en prison durant quelques semaines à quelques mois, avec tonte des cheveux et confiscation des objets personnels, prison atrocement surpeuplée avec nourriture insuffisante.

Puis, il y avait le séjour au camp; certains moins désagréables, certains abominables, comme Miranda de Ebro, infecté de dysenterie et de poux.

L'apport aux Armées de la France Libre était très substantiel. À côté des personnalités d'élite, comme le général Leclerc, il y avait là de nombreux cadres, officiers et sous-officiers, certains spécialistes, en tout 18.000 hommes, qui se sont engagés dans l'Armée d'Afrique du Nord. Ils ont combattu l'Allemagne en Tunisie, en Italie, en France et finalement, en Allemagne. Ils comptent de nombreux morts et blessés. Par exemple pour la campagne d'Italie, très dure et meurtrière dans les Appenins, sur 130.000 militaires français engagés, il y a eu 30 % d'évacués.

Tels sont les faits et les chiffres dans leur simplicité. Ils ont été publiés par l'Association des Évadés(1).

Un livre de l'historien universitaire Robert Belot(2) s'appuie aussi sur l'étude des archives. Belot insiste sur les jeux diplomatico-politiques entre les États-Unis d'un côté, l'Allemagne hitlérienne de l'autre côté, et l'Espagne franquiste tiraillée entre les deux.

En Espagne, les français sont divisés entre vichystes, giraudistes et gaullistes. Un prêtre patriote, dissident de l'ambassade de Vichy à Madrid, Mgr Boyer-Mas, homme généreux, inventif et omniprésent, à l'aide de la Croix Rouge vient au secours des internés.

Il empêche leur renvoi en France, il améliore leur internement en Espagne et il organise leur départ vers l'Afrique du Nord, en expédiant d'abord les aviateurs.

Enfin, au bout de 53 ans, ces deux livres rendent justice aux évadés engagés dans l'Armée de la France Libre, à leur courage, à leurs sacrifices et à leur contribution précieuse à la victoire finale.

Docteur Henri Brunswic

Références :
(1) "Les Évadés de France à travers l'Espagne", Marcel Vivé et Robert Viéville - Préface de Geneviève de Gaulle-Anthonioz - Édition des Écrivains.
(2) "Aux frontières de la Liberté" Vichy - Madrid - Alger - Londres. S'évader de France sous l'occupation - Robert Belot - Préface de Serge Bernstein - Fayard.


Retour en haut de page